×

Confirmer la suppression?

La réglementation autour des antennes-relais de téléphonie mobile

Antenne-relais de téléphonie mobile

L’implantation d’antennes-relais de téléphonie mobile est régie par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) qui coordonne l’implantation des stations radioélectriques pour assurer une utilisation optimale des sites disponibles, mais également pour veiller au respect des valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques. En respectant ces valeurs, l’expertise nationale et internationale ne conclut pas à l’existences de risques sanitaires liés à une exposition aux champs électromagnétiques. 
Quelles sont les réglementations en vigueurs autour des réseaux de téléphonie mobile ? 

 

L’implantation de nouvelles antennes-relais

Chaque nouvelle antenne-relais implantée en France est soumise à un processus réglementaire visant à garantir dans l’intérêt général la santé et la sécurité des personnes (limite d’exposition du public aux champs électromagnétiques, exposition aussi faible que possible autour des établissements sensibles comme les crèches ou établissements de soins, le tout en garantissant la qualité du service rendu). 
Les opérateurs doivent également s’assurer que leurs projets respectent les plans locaux d’urbanisme en terme de constructibilité et d’esthétisme.  

Les opérateurs peuvent-ils partager les mêmes antennes-relais ? 

Les antennes-relais ne sont capables de transmettre simultanément qu’un certain nombre de communication et de volume de données. Pour répondre aux besoins croissants, et notamment à l’enjeu du déploiement des réseaux 4G et 5G, les opérateurs doivent continuer d’installer de nouvelles antennes-relais. 

Les opérateurs peuvent alors partager les éléments passifs d’infrastructure (sites, locaux techniques, génie civil, pylônes…) tout en déployant leurs propres équipements et antennes sur le site. Cette solution dite « partage passif » permet de réduire l’impact visuel des infrastructures déployées. 

Une autre solution existe, celle du « partage actif » basée sur le partage non seulement d’éléments passifs d’infrastructure, mais également d’équipements électroniques actifs tels que les antennes-relais de téléphonie mobile. Néanmoins, chaque opérateur exploite ses propres fréquences que ne font l’objet d’aucune mise en commun. Cette solution réduit d’autant plus l’impact visuel du déploiement des réseaux mobile, mais ne réduit pas le niveau d’exposition du public aux champs électromagnétiques comme chaque opérateur exploite ses propres fréquences.

Pour en apprendre davatange sur le déploiement des réseaux mobiles en France, consultez notre page dédiée.